Vente d’ExxonMobil : voici la dernière proposition faite par Esso Tchad à son personnelVente d’ExxonMobil : voici la dernière proposition faite par Esso Tchad à son personnel

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Dans une lettre adressée au comité de négociation représentant les employés d’Esso au Tchad, la Président-Directrice Générale, Carole J. Gall menace de retirer l’offre qu’elle a proposée au personnel tchadien. Alors qu’une rencontre de haut niveau entre le Vice-président d’Esso, Thomas Schuessler et le PCMT est prévue le 22 octobre 2021.

Dès l’entame de sa lettre, Carole J. Gall a d’abord tenu à informer que l’Inspecteur du Travail en charge de conciliation a établi un procès verbal de non conciliation, ce qui a mis un terme à ce processus. Selon elle, la préférence de sa société reste de parvenir à une résolution amiable et qu’elle réitère l’offre qu’elle a faite dans le cadre de la vente des actifs d’ExxonMobil aux employés. “Toutefois, afin de parvenir à une résolution dans un délai raisonnable, je vous informe qu’à défaut d’être acceptées en l’état au plus tard le 25 octobre 2021 à 23h59, cette offre sera retirée. A compter de cette date, la direction ne sera donc plus disposée à faire une concession concernant le paiement anticipé du plan d’épargne retraite (le RSP) ni faire un quelconque autre paiement“.

L’offre proposée par Carole J. Gall aux employés nationaux d’Esso Tchad se présente comme suit : paiement anticipé de l’intégralité du plan d’épargne retraite pour les salariés en faisant la demande dès que l’accord vente sera définitif ; le versement de deux mois de salaires, six mois après le changement de contrôle et enfin la résolution finale du conflit actuel (avec renonciation à recours) concernant le projet de vente en cours.

Et pour conclure, elle exhorte le personnel à faire preuve de réalisme et à regarder les faits en face. “Comprenez aussi qu’il n’y aura pas de recours en justice puisque la direction n’est pas disposée à participer à une procédure d’arbitrage. Comme vous le savez très probablement, la procédure d’arbitrage ne peut avoir lieu que si les deux parties y consentent“, de conclure Carole J. Gall sans ambages.