Une rougeole endémique dont on recense plus de 8 000 casUne rougeole endémique dont on recense plus de 8 000 cas

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

La rougeole est endémique au Tchad avec une épidémie annuelle qui affecte majoritairement les enfants et les adolescents. D’après un rapport de situation produit par le ministère de la santé publique et l’OMS en fin avril, l’épidémie de 2020 est en réalité une flambée de celle qui a commencé en mai 2018 puisque dès la première semaine de janvier, 127 cas suspects avaient été enregistrés. Les semaines suivantes ont vu le nombre de cas triplé voire quadruplé, avec des points culminants de 814 et 810 cas suspects entre fin février et début mars. C’est vers la fin-mai que le nombre de cas hebdomadaires était tombé sous la barre des 100 cas.

Au 30 avril 2020, 28 départements de santé étaient en épidémie de rougeole déclarée. Au 13 septembre, le Ministère de la Santé publique a rapporté 8 520 cas suspects dont 39 décès, avec les nombres de cas les plus élevés dans les départements de Beboto, Kyabé et Goundi. La persistance de cette épidémie qui dure depuis deux ans s’explique par une couverture vaccinale insuffisante. En effet, selon le rapport de situation conjoint, sur un échantillon de 396 cas investigués en 2020, seulement 72 ont été vaccinés, soit moins de 20%. Il est important de renforcer la couverture vaccinale dans le pays pour minimiser l’incidence de cette maladie. Par ailleurs, il est à relever l’impact qu’a eu la COVID-19 sur la riposte à la rougeole.

Il est important de noter la corrélation entre la rougeole et la malnutrition aigüe ainsi que d’autres maladies. En effet, un état rougeoleux peut entraîner un enfant vers la malnutrition. De même, un enfant malnutri est facilement exposé à d’autres maladies telles que paludisme. Au 13 septembre 2020, le Ministère de la Santé publique a enregistré plus de 450 000 cas de malnutrition aigüe dont 173 000 de malnutrition aigüe sévère avec 207 décès.

Les autres maladies telles que la méningite, la fièvre jaune et le tétanos néonatal, même avec moins de cas, continuent de causer des décès. Ainsi, depuis le début de l’année, le Tchad a enregistré 436 cas de méningite avec 41 décès ; le tétanos néonatal a touché 197 bébés dont 47 en sont morts, et les suspicions de fièvre jaune montent à 318 dont trois décès.

La communauté humanitaire estime qu’en 2020, 1,8 million de personnes sont concernées par les urgences sanitaires au Tchad parmi lesquelles 760 000 sont ciblées pour recevoir de l’assistance. Les maladies prises en compte dans le présent rapport ne représentent qu’une partie des urgences sanitaires auxquelles le Tchad fait face.