Société : Les alentours du Centre National des Traitements des Fistules, transformés en un dépotoir d’orduresSociété : Les alentours du Centre National des Traitements des Fistules, transformés en un dépotoir d’ordures

User icon Par Ahmat Moussa Adoum

Les alentours du Centre National des Traitements des Fistules, communément appelé Assiam Vantou, dans le 6e arrondissement de la capitale, sont transformés en un dépotoir d’ordures et des latrines publiques par certains citoyens dont les comportements sont caractérisés par un incivisme notoire.

Contacter au téléphone par un lecteur, nous avons décidé d’effectuer un tour dans cet endroit.

Surplace, nous faisons face à une réalité difficile à accepter. L’endroit est totalement insalubre, les odeurs sont nauséabondes et le passage à tour de rôle des adultes pour leurs besoins physiologiques rend notre capacité de résistance faible. Et pourtant c’est le quotidien d’Ismaël, un boutiquier.

« Je souffre énormément ! A à partir de 18h, il est difficile de résister. Aux odeurs nauséabondes, s’ajoutent les moustiques. Les gens viennent avec leurs véhicules pour déposer les ordures. C’est vraiment déplorable », se désole-t-il.

Sans surprise, la cours du Centre National des Traitements des Fistules n’est pas épargnée, des eaux sont stagnées partout. Nous avons donc décidé de tendre le micro aux responsables du centre. Tous les bureaux sont fermés. « Ils sont en grève depuis hier », nous renseigne un Médecin sans avancer aucune autre raison.

Faut-il le rappeler, la ville de N’Djamena dans son ensemble, connait un problème crucial d’insalubrité et les responsabilités sont partagées. Citoyens et autorités, chacun doit jouer son rôle pour que la capitale tchadienne devienne une ville propre à l’image des autres capitales du monde.

Ahmat Adoum Moussa