Session criminelle : peines lourdes infligées aux auteurs de crimes graves par la cour d’appel de MongoSession criminelle : peines lourdes infligées aux auteurs de crimes graves par la cour d’appel de Mongo

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

La session criminelle ouverte le 25 février par la cour d’appel de Mongo a rendu sa sentence. Les responsables des différentes infractions ont été sévèrement punis conformément aux lois de la République. Rappelons que les principales infractions ayant fait l’objet de l’ouverture de cette session sont entre autres les assassinats, les meurtres, l’empoisonnement et le viol. Les peines se situent entre 5 à 20 ans de prison ferme.

Le président de la cour d’appel de Mongo, M. Namia Fulgent a donné les sentences issues de la décision de la cour.
L’infraction qui avait attiré l’attention du grand public, celle du viol du boutiquier sur la mineure de 4 ans s’est vue bénéficiée d’une situation atténuante vue que l’auteur en a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il a été reconnu coupable et condamné à 5 ans de prisons ferme et d’une amende de deux millions cinq cent mille Francs ( 2 500 000f). ”L’auteur courait une peine de 10 à 20 ans de prison ferme. Puisque l’auteur a reconnu les faits, il bénéficie d’une circonstance atténuante et bénéficie d’une atténuation liée à la délinquance primaire, déclare le président de la cour d’appel.
Dans les mêmes dossiers, un différend lié au litige foncier qui avait opposé deux communautés dans le Salamat et qui s’était soldé par la mort de trois ( 3) personnes, la justice a rendu public la sentence. 54 personnes étaient impliquées dans ces meurtres parmi lesquels 24 personnes appréhendées et 30 autres évadées. Trois entre eux ont reconnus avoir tué 3 personnes dont deux hommes et une femme enceinte. La justice a condamne les auteurs de cet assassinat et de leurs complices à 20 ans de prison ferme chacun.
Le dossier lié au crime d’empoisonnement a été délibéré à 15 ans de prison ferme et d’une amende de 16 000 000 de FCFA de dommage et intérêt. Un autre auteur de viol a été condamné à 10 ans d’emprisonnement ferme et de 8 000 000 de fcfa comme dommage et intérêt sur la victime.
” La prison est une école. Ceux qui sont condamnés doivent purger leur peine conformément à leurs infractions et aux lois de la justice. Car la justice appliquera la loi dans toute sa rigueur sur tout auteur de crimes et d’autres infractions comme nous l’avions assisté”, explique le substitut du procureur Général au près de la cour d’appel Hinlina Guidjinga.

Teyane Bertrand, Mongo