Sarah Noudjalbaye: une promotrice culturelle au cœur d’angeSarah Noudjalbaye: une promotrice culturelle au cœur d’ange

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Appelée affectueusement dans le milieu culturel tchadien, la marraine des artistes, Sarah Noudjalbaye est une figure référentielle du mécénat au Tchad. A la femme humaniste et femme battante, elle joue un rôle prépondérant dans le développement et de la promotion au Tchad. En marge de la célébration de son jubilé d’or, le 4 octobre prochain, votre quotidien Le Sahel vous propose son portrait.

Si David Monsoh occupe la tête de peloton dans le domaine de la promotion de la culture en Côte d’Ivoire, Sarah Noudjalbaye ou la “Reine de Ngabolo” n’est pas du reste au Tchad. Très présente dans les activités des artistes tchadiens, cette grande figure féminine au cœur humaniste, grande de taille, teint clair ne cesse d’accompagner les artistes dans leur projet. Sarah Noudjalbaye ou “la maman des artistes”, comme certains ont l’habitude de mentionner dans leur chanson, c’est une femme combative et battante. Dans sa mission qui consiste à hisser au sommet la culture tchadienne, elle a vécu 25 ans de mécénats, 175 événements artistiques parrainés et 36 actions caritatives réalisées. Cette bonté lui a valu respect, considération et admiration sur le plan national et international. Grâce à ses apports, plusieurs artistes ont vu leur rêve se concrétiser à l’image du groupe Soubyana Music et l’artiste Bâton Magic, etc. Au-delà de la culture, le social fait partie intégrante du combat humanitaire que mène cette quadragénaire. Ceci, dans le but de redonner le sourire aux désespérés, aux démunis. Avec son structure intitulée Association Tchadienne pour le Développement des Compétences (ATDC), les personnes vivants avec le VIH SIDA retrouvent la joie, sentent l’amour grâce aux soirées caritatives qu’elle organise en leur faveur.


Jubilé d’or au service de l’éducation

A l’occasion de la commémoration de son jubilé d’or (50ème anniversaire), contribuer à l’éducation et à la formation des jeunes, devient son cheval de bataille. “J’ai décidé à travers mon association, l’ATDC, de contribuer à donner un peu de chances aux plus jeunes dans cette vie. Quoi de mieux donc que de contribuer à l’éducation des enfants!”, s’exclame-t-elle. “Je compte, avec l’appui des partenaires, offrir une salle de classe et une bibliothèque au village qui m’a vu naitre”, explique la Reine de N’gabolo. Ainsi, pour joindre l’acte à la parole, la main sur le cœur, Sarah Noudjalbaye est au four et au moulin pour l’organisation d’une soirée le 4 octobre 2021, au restaurant Le Selesao, au quartier Sabangali, ceci afin de mobiliser des fonds pour la réalisation dudit projet. “J’appelle vivement les partenaires, les entreprises et les particuliers à m’accompagner. Car, ensemble, nous irons plus loin”, lance-t-elle. Pour une bonne réussite, les cadeaux quelques soient leurs natures sont attendus de la part des invités ou des autorités. Un geste qui sauvera l’école tchadienne qui est en dégringolade.


Qui est Sara Noudjalbaye ?

Mère de deux enfants (Zara et Herwan), cette native de N’gabolo qui soufflera sur ses 50èmes bougies d’ici le 4 octobre, est une femme d’exception à cause de son engagement pour le rayonnement de la culture et aux côtés des couches vulnérables. Titulaire d’un brevet en secrétariat et communication obtenu en France, cette beauté mandoulaise s’est très vite frayée un chemin dans le monde professionnel. De son poste d’assistance technique au sein de FONAP, elle a gravi les échelons pour se retrouver après plus de 20 ans, responsable de gestion du personnel et des relations publiques.


Ngaradé Ndolébé Vidal