Salma Khalil publie  « Afaf et l’œuf doré »Salma Khalil publie « Afaf et l’œuf doré »

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Jesuit Refugee Service (JRS) Tchad, a organisé le mercredi 10 mars dernier, à la Maison de la Femme, une cérémonie de présentation du conte « Afaf et l’œuf doré ». Un conte écrit et illustré par Salma Khalil.

Pour le directeur national de Jesuit Refugee Service (JRS) Tchad, Denis Codjo Houngzangbé, la présentation de ce conte s’inscrit dans le cadre de la campagne La Lumière des filles mise en œuvre par JRS et Foi et Joie, en partenariat avec l’ONG espagnole Entreculturas. Ce projet n’aurait jamais vu le jour sans l’engagement de Salma Khalil, une artiste tchadienne talentueuse reconnue pour son travail ayant une forte dimension sociale et de genres. « Le conte Afaf et l’œuf doré », est le tout nouveau projet de cette campagne. En novembre 2020, Salma Khalil a rencontré plus de 60 filles dans les camps de Gaoui, Kounoungou et Farchana. C’est leurs desseins et chansons qui ont permis de construire le récit et les illustrations du conte », déclare Denis Codjo Houngzangbé. Pour lui, ce conte, en plus de donner la parole aux filles est un formidable outil pédagogique et de sensibilisation sur les droits des jeunes filles et des femmes. « Après ce lancement, la campagne continue avec la présentation et la diffusion du conte, en arabe à N’Djaména et l’Est du Tchad. Ce mois d’avril, Salma va nous accompagner aux camps de Gaoui, Kounoungou et Farchana pour rencontrer à nouveau les filles qui ont participé aux ateliers, afin d’introduire « Afaf et l’œuf doré » aux professionnels de l’éducation qui travaillent dans les camps des refugiés », dit-il.

Selon la directrice générale technique de la planification et de la communication adjointe du ministère de la Femme et de la Protection de la Petite Enfance, représentant la ministre, Moudalbaye Appoline, cet évènement est presque inédit au Tchad. Car, il est question d’assister à une présentation d’un conte écrit par une adolescente refugiée au Tchad. « Les filles ont le droit de bénéficier de l’égalité de chances, de n’est pas être victimes d’agression et de viol. Or, celles qui sont dans les différents camps de refugiés sont chaque jour victime de ces maux », souligne-t-elle.

Il faut noter que ce conte est le fruit de 6 ateliers de co-création menés par Salma Khalil, JRS et Entreculturas avec la participation de jeunes filles et adolescentes réfugiées.

Allarassem Djimrangar