Révision du fichier électoral: le RESOCIT pour une rallonge du délai d’enrôlementRévision du fichier électoral: le RESOCIT pour une rallonge du délai d’enrôlement

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Les membres du Réseau des Organisations de la Société Civile pour les Elections Libres et Transparentes (RESOCIT), après son appel, demandant à la population de se faire enrôler massivement a fait une sortie ce lundi 19 octobre 2020, à la veille de la fin de l’opération pour constater de visu l’engouement sur le terrain et les difficultés que rencontrent les agents recenseurs dans leur travail.

Après avoir visité quelques centres de recensement de révision du fichier électoral dans les 7ème, 3ème et 2ème arrondissements, les membres du Réseau des Organisations de la Société Civile pour les Elections Libres et Transparentes (RESOCIT) par la voix de son vice-coordonnateur, Ngandjié Gali, demande à la Commission Electorale Nationale Indépendante de proroger de quelques jours l’opération d’enrôlement vu l’engouement qui se fait ressentir les trois derniers jours de la clôture de l’opération de révision du fichier électoral. « Du constat que nous avons fait, au début de l’opération, il y avait moins d’engouement de la part de la population. Et cela est dû au manque de mobilisation et d’information. Mais aujourd’hui, il est à constater que depuis quelques jours, la population est sortie massivement pour se faire enrôler. Ce qui est déjà très bien. Cependant, c’est déjà la veille de la fin de cette opération de révision qui a commencé depuis le 1er octobre dernier. Le problème, beaucoup ne se sont pas encore fait enrôler donc nous demandons à la CENI de voir la possibilité de proroger l’opération de quelques jours afin que ceux qui s’attardent encore puisse le faire dans les meilleurs délais », explique Ngandjié Gali. De l’avis des agents recenseurs, les quinze premiers jours, peu de personnes se sont fait enrôler. « Au début, nous enregistrons que 10 à 30 personnes par jours mais aujourd’hui, la tendance est que nous enrôlons plus de 70 personnes. Alors que l’opération arrive à sa fin, beaucoup accourent pour venir vers nous », déplore un agent recenseur au quartier Ridina. Pour la population, les agents se font rares dans certains quartiers. « Vous voyez bien qu’ici à Chagoua, les agents recenseurs ont 10 carrées à gérer et souvent ils arrivent tard vers 11h et 12h puis doivent migrer à un autre carrée donc il faut les suivre sous cette chaleur accablante », fustige un jeune venu pour se faire recenser mais voyant sous ses yeux les agents quittés pour un autre carrée.

Du constat sur le terrain, le manque d’agents d’enrôlement est visible. Sur les réseaux sociaux, beaucoup se demandent mais où est-ce que l’on peut trouver les agents afin de se faire enrôler. Et Ngandjié Gali de faire le même constat. « De ce constat de manque d’agents dans certains endroits où la population afflue pour se faire enrôler, il est  vraiment urgent que la CENI augmente les jours afin que les gens se fassent enrôler », invite-t-il la CENI. Aussi, la mobilité des agents qui doivent se déplacer dans plusieurs carrées en une seule journée constitue un autre handicap. Au quartier Mardjandafack, dans le 2ème arrondissement de la capitale, beaucoup de personnes se sont présentées mais vu la date de clôture, il serait difficile à elles pour se faire enrôler. D’où l’appel du RESOCIT à la CENI pour une rallonge d’enrôlement pour la réussite totale de cette opération de révision du fichier électoral.