Quatre mois après la mise en place du Gouvernement Pahimi Padacké Albert dresse le bilan de la transitionQuatre mois après la mise en place du Gouvernement Pahimi Padacké Albert dresse le bilan de la transition

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Le Premier Ministre de Transition, Pahimi Padacké Albert, a animé une conférence de presse, ce jeudi 9 septembre 2021 à N’Djaména. Il a abordé plusieurs questions notamment, le Dialogue National Inclusif, la sécurité, l’économie, le social, la santé et bien d’autres sujets d’actualité relatifs à la transition avec les journalistes.

Cette conférence de presse est une première après la mise en place du gouvernement de transition qu’il dirige depuis environ 4 mois. Dans sa déclaration liminaire, le Premier ministre de transition souligne que sous le leadership du Président du Conseil Militaire de Transition, le gouvernement a travaillé sans relâche pour consolider les acquis du pays en termes de sécurité mais également à finaliser tous les mécanismes nécessaires à la bonne marche de la transition.

Durant ces derniers mois, le gouvernement a accordé une attention à toutes les sensibilités en allant vers des communautés, identités remarquables, personnes ressources, amis et partenaires extérieurs afin de requérir les attentes, leurs avis et leurs expériences dans le but de conduire la transition à bon port et dans l’intérêt du pays. Durant ces mois, le gouvernement de transition a également discuté avec la classe politique, avec les femmes, les jeunes afin d’avoir une commune compréhension des objectifs. “Nous nous sommes entretenus avec nos chefs religieux et coutumiers, tous, sans exception et j’ai noté avec satisfaction leurs prières pour la réussite de cette transition et la paix dans le pays. Je n’oublie pas la contribution des associations, de la société civile et des organisations syndicales et corporations“, se félicite le Premier ministre qui rajoute qu’au moment où les sceptiques prédisaient un chaos total, le pays a tenu et resté debout grâce à Dieu. “Nous avons réussi non seulement à tenir debout mais à marcher tout droit vers un seul et unique but : une transition apaisée et réussie. Le Tchad ne doit plus être une exception. La vie de notre nation ne doit plus être rythmée par des accidents et des incidents de nature à compromettre notre commun désir de vivre ensemble. Cette transition doit être la dernière. Nous devons tous, nous battre comme si c’était notre dernière chance afin qu’à jamais ce pays se relève et aille résolument de l’avant”, déclare le PMT, Pahimi Padacké Albert.

Le contexte de la Transition

C’est dans un contexte social dégradé, lié à la crise économique, elle-même consécutive à plusieurs facteurs dont la baisse des cours mondiaux de pétrole, la Covid-19 que le Tchad a vécu, l’évènement douloureux que constitue la disparition brutale du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno, dont l’onde de choc a secoué également le continent tant le Président Déby était au service de la paix et de la stabilité de tout un continent, rappelle le Chef du Gouvernement de Transition. Il cite entre autres le contexte politique intérieur propre au Tchad qui venait de sortir d’une élection, la situation économique du pays avec la chute drastique du prix du baril du pétrole qui a impacté directement l’économie de tous les pays producteurs et particulièrement le Tchad dont le pétrole constitue la principale source de recettes. L’autre contexte qui est particulier, c’est la pandémie de Covid-19 dans lequel toutes les nations sont plongées mais aussi la situation sécuritaire liée aux attaques terroristes de la secte Boko Haram et les agissements des politico-militaires à partir de la Libye etc. Dans la même veine, le PMT rassure qu’il est question pour le gouvernement de travailler afin qu’à l’issue des 18 mois de transition, que tous les acteurs quels que soient les considérations personnelles et les intérêts en jeu, s’accordent à reconnaître que le seul moyen d’accession au pouvoir possible soit désormais la voie des urnes. Ce qui est réalisé pendant la transition Depuis la mise en place du gouvernement de transition, l’équipe de Pahimi s’est attelée à la mise en place du dispositif juridique, cadre institutionnel nécessaire et à la création d’un environnement propice à la conduite de la transition. C’est dans cette optique qu’une charte de transition a été signée, la mise en place des organes indispensables au déroulement d’une transition apaisée notamment le comité d’organisation du Dialogue National Inclusif, la feuille de route du gouvernement. En perspective, le Premier ministre de transition et son équipe se penchent sur l’organisation du dialogue national inclusif, la poursuite de la mise en œuvre de l’agenda contenu dans la feuille de route du gouvernement. Les différentes structures mises en place continueront les consultations avec les acteurs civils et militaires de l’intérieur et de l’extérieur entre autre, explique le Premier ministre de Transition, Pahimi Padacké Albert. S’agissant des défis de financement, le PMT renseigne que le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir d’une part, en interne, le financement qu’il faut et d’autre part, entamer une série des discussions avec les partenaires qui font montre d’une volonté manifeste d’accompagner le Tchad dans cette période. Déjà l’Union Africaine, l’Union Européenne, les Nations Unies, l’Organisation Internationale de la Francophonie décident d’accompagner la transition au Tchad situe le Premier ministre de Transition, Pahimi Padacké Albert.

Gédéon N.