Pré-dialogue et dialogue national inclusif: un glissement de date à plus infiniPré-dialogue et dialogue national inclusif: un glissement de date à plus infini

User icon Par Ibrahim Adam

Le pré-dialogue prévu hier dimanche 27 février 2022, avec les groupes rebelles au Qatar, est encore reporté à une date ultérieure. Les autorités de la transition brandissent les problèmes logistiques et de coordination avec le Qatar. Un report qui entrave davantage la tenue du Dialogue National inclusif et qui peut aussi prolonger la transition.

Finalement, le pré-dialogue avec les politico-militaires à Doha au Qatar, n’a pas eu lieu comme prévu le 27 février 2022. Les raisons qui justifient ce nième report sont, entre autres, les problèmes logistiques et de coordination entre les autorités tchadiennes et le Qatar. N’Djamena et Doha n’arrivent pas à trouver un accord sur le nombre de participants des mouvements rebelles qui doivent prendre part à cette rencontre spéciale. “Les Qatariens voulaient un nombre raisonnable de participants”, a justifié le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Abderamane Koulamallah. Et de poursuivre que le PCMT, Mahamat Idriss Déby Itno, a insisté que tous les mouvements politico-militaires soient de la partie. Le chef de la diplomatie tchadienne, Chérif Mahamat Zène, pour sa part, a renchéri que “ce report n’a pour seul objectif que la réussite du pré-dialogue et la participation de façon concertée de tous les acteurs concernés au dialogue national inclusif le 10 mai 2022”.

Des reports qui impacteront aussi le dialogue national inclusif et la transition

Déjà, ce pré-dialogue qui devrait avoir lieu en janvier 2022, a été repoussé pour des raisons des titres de voyage de certains rebelles. Ainsi, la date du dialogue national inclusif qui était annoncée le 15 février 2022, s’est vue aussi glisser. Parce que le pré-dialogue est une étape cruciale au dialogue national inclusif qui se tiendrait théoriquement le 10 mai 2022. Maintenant, comme l’on est encore aux suspicions concernant la tenue de cette rencontre de négociation avec les rebelles, la transition, elle, tout de même, le respect de son délai est conditionné par le dialogue. Ce qui sous-entend qu’à chaque glissement de date du pré-dialogue, la transition aussi se prolonge. Avec l’allure où vont les choses, l’on pourrait accorder un bénéfice de doute aux 18 mois que les autorités de transition se sont fixées pour organiser des élections libres, transparentes et démocratiques. Puisqu’à l’heure actuelle, rien ne rassure sur le terrain. L’on est entrain de faire un cercle vicieux, des discours pompeux fusent de partout et à chaque instant mais peu d’actes de la part des décideurs.

Toutefois, le gouvernement tchadien rassure que le pré-dialogue aura lieu d’ici quelques jours mais de sources concordantes ont confié que rien ne pourra bouger avant le 12 mars 2022.

Kary Amadou