Petite monnaie : les pièces deviennent rare à N’DjaménaPetite monnaie : les pièces deviennent rare à N’Djaména

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Ces derniers temps, dans les bars, restaurants, transports en commun, il ne se passe pas un seul jour où les clients et les tenanciers se livrent à des disputes violentes qui finissent parfois par la bagarre. La cause : le manque criard de la petite monnaie.

Se déplacer, manger ou boire est un véritable chemin de croix pour les N’Djaménois quand il s’agit de la monnaie. « Ana indi miten » ; « silé mafi » qui veut dire « j’ai 1 000 F CFA » ; « il n’y a pas la monnaie ». Voilà une sorte d’exercice que les habitants de la capitale se livrent souvent pour se rendre au travail. A l’échangeur de Chagoua, un jeune homme descendant d’un bus a tendu un billet de 1 000F CFA au chauffeur. Ce dernier refuse en demandant à l’usager d’aller chercher lui-même la monnaie. Le client de rétorquer si tu n’as pas besoin d’argent ça va alors, tout en tournant le dos à l’apprenti du bus. Ce dernier le suit, et après des chaudes disputes, les deux antagonistes se sont livrés bagarre. Il arrive parfois que les usagers accusent un retard au travail à cause de la monnaie avec les propriétaires de bus. « Cette histoire de monnaie me retarde souvent. Je suis ici depuis presqu’une heure mais le problème de monnaie se pose donc difficile pour moi de monter dans un bus », se lamente Célestine, une infirmière à l’Hôpital de la Mère et de l’Enfant.Où sont parties les pièces de monnaie ?Certaines personnes indexent les entreprises chinoises de jeu de hasard appelées communément « yib – yib » qui seraient à l’origine de cette rareté des pièces. Ces entreprises sont installées dans tous les coins et recoins de la ville de N’Djaména. « Toutes les pièces sont dans les machines yib – yib. Pour avoir même 100 F CFA pour la cigarette, c’est un problème », clame un fumeur de cigarette.
Kary Amadou, (stagiaire)