Niger : Le CNSP répond à Macron et exige le départ des troupes françaises, ce 1er septembreNiger : Le CNSP répond à Macron et exige le départ des troupes françaises, ce 1er septembre

User icon Par Ahmat Moussa Adoum

Dans un communiqué de presse rendu public ce 1er septembre 2023, le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie ( CNSP) se dit consterné par les propos du président Macron tenus devant des ambassadeurs de France.

Le CNSP rappelle que le temps du paternalisme est révolu et que le Niger s’est “résolu à s’opposer à tout paternalisme et à tout interventionnisme à jamais revolue”, indique le document.

Voici ci-dessous l’intégralité du communiqué.

“Le Gouvernement de la République du Niger a suivi avec consternation, les propos tenus le lundi 28 août 2023 par le Président de la République Française à l’occasion de son adresse aux Ambassadrices et aux Ambassadeurs de France.

Ces propos constituant une ingérence supplémentaire flagrante dans les affaires intérieures du Niger, le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) et le gouvernement tiennent à faire les observations suivantes :

Premièrement, ils visent à infantiliser les Chefs d’Etat africains en agitant, sans aucune prise en compte des différences entre les contextes nationaux, la psychose d’un risque régional de contagion de putschs militaires. Il pense ainsi les apeurer et instrumentaliser la CEDEAO pour les obliger à adhérer au projet néocolonialiste d’un autre âge d’invasion du Niger;

Deuxièmement, ces propos visent à fabriquer une division ethnique artificielle pour opposer les Nigériens les uns aux autres et créer les conditions d’un conflit interethnique; à l’instar de ce qui s’est passé dans certains pays africains et qui a été provoqué par ce genre de manipulations.

Troisièmement, contrairement à la rhétorique macronienne qui consiste à dire que les militaires ont abandonné la lutte contre le terrorisme pour les privilèges du pouvoir à Niamey, nos Forces de Défense et de Sécurité sont plus que jamais engagées à poursuivre leur lutte acharnée contre les forces terroristes d’ailleurs soutenues par la France qui prétendait jusqu’ici nous aider dans cette lutte.

Quatrièmement, ces propos visent à perpétuer à tout prix les relations patron-client, maître-sujet auxquelles le régime défunt a assujetties le Niger par rapport à la France. Monsieur Macron n’hésite même pas à présenter les anciennes autorités à la face du monde comme ses marionnettes en justifiant le soutien qu’il leur apporte par leur « engagement à l’international sur tous les agendas qui sont ceux de la France ». Cet aveu prouve, si besoin est, que le régime défunt était bien au service d’agendas étrangers au détriment des intérêts du Niger.

Ni les Africains, ni le peuple Nigérien, ni même le peuple Français ne sont dupes. Les propos de Monsieur Macron et ses incessants efforts en faveur d’une invasion du Niger visent à perpétuer une emprise néocoloniale sur le peuple Nigérien qui ne demande rien d’autre que de décider désormais par lui-même de son destin.

Ces propos, inattendus de la part d’un Chef d’État, n’apportent rien à la recherche de solutions rationnelles au différend qui nous oppose. Le CNSP et le gouvernement de la République du Niger réitèrent que ce différend ne porte ni sur les rapports entre nos peuples, ni sur les individus, mais sur la pertinence de la présence militaire française au Niger et l’établissement de relations respectueuses et mutuellement bénéfiques dont les autorités nigériennes, soutenues par le peuple, ont fait un principe désormais cardinal de leurs relations internationales.

Forts du soutien du peuple Nigérien, seul juge de leur légitimité, le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) et le Gouvernement sont résolus à s’opposer à tout paternalisme et à tout interventionnisme d’une époque à jamais révolue et entendent œuvrer pour l’établissement d’un ordre nouveau gagnant-gagnant et respectueux de la dignité de tous les peuples et de la souveraineté de tous les Etats.

Fait à Niamey, le 1er septembre 2023