Moundou : l’impraticabilité des routes, un frein pour le développement économiqueMoundou : l’impraticabilité des routes, un frein pour le développement économique

User icon Par Ahmat Moussa Adoum

Les grosses pluies qui se sont abattues ces dernières semaines à Moundou, la capitale économique du Tchad, ne sont pas sans conséquences. Plusieurs quartiers de la ville se trouvent inondés et les routes sont impraticables laissant ainsi la population dans la tourmente.

La population de la ville rose est dans l’impasse en cette saison pluvieuse. L’accès dans certains quartiers de la ville est très difficile voire impossible. Dans les quartiers Djarabé 1, 2, Gueldjem, etc, enfants, femmes et hommes retroussent les manches des chemises et pantalons pour traverser un quartier à un autre.

Le bassin de rétention de la ville est plein à craquer par les eaux de pluies. Or étant une ville économique, Moundou devrait bénéficier des infrastructures routières adéquates pour son développement.

Mais dans la pratique, les réalités sont différentes. «Chaque année, ce sont les mêmes histoires d’inondation et d’impraticabilité des routes. Nous sommes déjà habitués à cela. Malgré que vous les journalistes ne cessez d’en parler, rien ne change», se désole Léonie, une étudiante en gestion à l’Université de Moundou.

Ces routes impraticables constituent un handicap au développement de plusieurs activités culturelles et économiques dans la ville de Moundou. La Mairie et la Délégation du ministère des infrastructures doivent prendre leurs responsabilités afin que la ville reflète l’image d’une vraie capitale économique.

NNV envoyé spécial