Mawndoé tour 2021 : du mythe à la réalitéMawndoé tour 2021 : du mythe à la réalité

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

L’apothéose du projet au nom de l’art de l’artiste tchadien, Mawndoé Célestin, a eu lieu, le samedi 13 novembre 2021, au Stade Idriss Mahamat Ouya de N’Djaména. Un événement exceptionnel et premier du genre dans le milieu artistique tchadien qui a vu la présence de plusieurs ministres du gouvernement de la transition.

Une nouvelle page de la musique tchadienne vient d’être écrite par l’artiste Mawndoé Célestin. Critiqués dans un passé récent pour leur manque d’audace, les artistes tchadiens sortent petit à petit de leur léthargie. Il y a à peine quelques semaines, l’artiste Cidson Alguewi, à la surprise générale, a organisé un concert VIP à l’hôtel Radisson Blu où l’entrée était fixée à 100 000F CFA. Un spectacle qui a atteint ses objectifs selon l’artiste. Le samedi 13 novembre dernier, c’est le tour de Mawndoé qui grâce à son audace, a tais les critiques qui pensent que le Stade Idriss Mahamat Ouya, la propriété des   artistes étrangers. En réunissant une marée humaine à cette messe musicale, Mawndoé vient de  prouver que la musique tchadienne dispose de la matière et qu’il faille juste l’accompagner pour qu’elle puisse décoller. “Désormais, il faut mettre la barre très haute pour la musique tchadienne. Il faut que les autres artistes bravent l’interdit pour montrer une nouvelle image de l’artiste tchadien à l’international“, exhorte Allanaissem Blaise, un fan de Mawndoé. Pour ce dernier, le temps est arrivé pour que l’artiste tchadien cesse de se ridiculiser avec des concerts mal préparé dans des bars. “Mawndoé vient de montrer le chemin à ses pairs artistes. Il ne faut pas qu’ils passent tout le tant à pleurnicher pour dire qu’ils n’ont pas des sponsors pour leur spectacle et nous agacer avec des multiples concert dans les milieux peu appropriés”, ajoute-t-il. En partageant la scène avec Mawndoé, l’artiste Moussa Aimé se dit émerveillé par la mobilisation de la jeunesse à cette grande fête  de la musique tchadienne. “En rentrant, j’étais derrière un clandoman. C’est là où j’ai réalisé le nombre des jeunes  qui étaient au spectacle“, a-t-il affirmé, Moussa Aimé avant de remercier son ainé dans l’art pour cette collaboration qui lui a permis de bénéficier de son public sorti nombreux pour la circonstance.

Le Ministre de la culture appelle à l’unité des cœurs

En prenant part à ce concert inédit, madame Achta Djibrine Sy, ministre de la Culture, n’a pas tardé à vanter les mérites de l’artiste qui, grâce à ce projet de 20 concerts dans le Tchad profond, a contribué à la consolidation de l’unité entre les filles et les fils du Tchad. « Au nom de l’art nous ramène à l’essentiel. Parcourir des milliers de kilomètres, sillonner dix villes, animer plus de 20 concerts pour accorder l’attention, exprimer son affection à son compatriote qui réside dans les quatre coins du pays, témoigne de son attachement à sa mère patrie en offrant simplement ce que le créateur lui a donné », déclare-elle.  Ce projet gigantesque est selon la patronne en charge de la culture, un moyen de consoler, de restaurer la dignité humaine et de réconcilier les cœurs des filles et fils du Tchad. En guise de rappelle, Mawndoé tour acte1 a eu lieu dans dix (10) villes à savoir Abéché, Mongo, Koumra, Sarh, Doba, Bebedjia, Moundou, Kelo, Bongor et N’Djamena. Au total, 20 spectacles ont été donnés par l’artiste et son équipe des Mbororo.

NNV