Mariam Abdelaziz Hunwanou, espoir du cinéma tchadienMariam Abdelaziz Hunwanou, espoir du cinéma tchadien

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Mariam Abdelaziz Hunwanou est l’une des actrices tchadiennes qui se démarquent des autres par sa capacité d’interprétation des rôles qui lui sont attribués dans les différents films. Agée aujourd’hui d’une vingtaine d’année, elle a commencé à présenter des sketchs dès la maternelle. Actuellement , elle est l’une des actrices qui font la fierté du Tchad dans le domaine du cinéma. Le Journal Le Sahel vous fera découvrir cette actrice déjà connue par un grand nombre de tchadiens.

Tout le monde a une passion et le cinéma est sa passion à elle. De son nom d’artiste, Maria Wanou, elle n’a pas été dans une école quelconque pour devenir une actrice de cinéma. Elle tient ce pouvoir grâce à sa détermination à réaliser son rêve, notamment celui d’être une célébrité, en interprétant des rôles dans des troupes amateurs des théâtres. En 2008, à l’âge de 14 ans, elle participe pour la première fois à un casting et obtient donc le rôle d’actrice principale dans le film de Toidi Nana sur la fistule, intitulé « Plus jamais ça », tourné en début 2009. Ce film lui ouvre une autre porte, celle d’être sollicitée en 2012 par le réalisateur tchadien, Prospère Nedjilem Doumngar, pour son long-métrage « Fille à papa », où elle joua aux côtés des grands acteurs ivoiriens tels que Gohou Michel et Bohiri Michel. C’est finalement en 2014 qu’elle sera connue par le public Tchadien grâce à son rôle d’actrice principale dans le film de la réalisatrice et sociologue tchadienne, Aché Ahmat Moustapha, dont le titre est « Entre 4 murs », sous pseudonyme de « Haoua ».
Outre le cinéma, Maria Wanou est aussi attirée par les concours de beauté. C’est pourquoi elle a participé en 2011 à l’élection « Miss Lycée Technique Commerciale » dont elle remporta la couronne et puis à l’élection Miss Tchad de 2013, où elle a représenté la région de Wadi-Fira.
Cette jeune audacieuse et ambitieuse est invitée partout lors des festivals de cinéma, notamment au FESPACO en 2019 et le Festival Yarha au Cameroun en 2020.
Entre difficultés de production et autres, cette jeune tchadienne au sourire remarquable, rêve de donner une image au cinéma tchadien à l’instar de l’industrie cinématographique, Hollywood.
Elle est actuellement titulaire d’une Licence Professionnelle en réalisation audiovisuelle à l’Institut National Supérieur des Sciences et Techniques d’Abéché (INSTA), un diplôme obtenu en 2020.

Ahmat Adoum Moussa