Lutte contre le blanchiment des capitaux : la Beac adopte le traçage informatique des flux financiers dans la CemacLutte contre le blanchiment des capitaux : la Beac adopte le traçage informatique des flux financiers dans la Cemac

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

La Beac se résout à mettre en place un dispositif informatique de traçage des flux financiers, deux ans après une évaluation du Groupe d’action contre le blanchiment d’argent qui a conclu à des défaillances préjudiciables à la lutte contre le blanchiment de capitaux dans la Cemac.

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) vient de lancer une sélection pour l’acquisition et l’implémentation d’une solution informatique de filtrage, de profilage et de traçage des flux financiers dans la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad).

Selon la Banque centrale, cette opération entre dans le cadre de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. « Le processus se déroulera conformément au Règlement n° 01 Cemac/Umac/CM/18 portant adoption des marchés de la Beac, notamment la sélection sur la base du coût de la proposition », indique l’institution bancaire. Elle précise que les soumissions sont obligatoirement accompagnées d’une garantie bancaire d’un montant de 1 million FCFA. Les dossiers de candidatures doivent lui parvenir au plus tard le 6 novembre 2020.

A en croire cette institution, le volume consolidé des envois de fonds, au cours de la période 2013-2016, à partir de la Cemac s’établit à 2 228,76 milliards FCFA alors que les réceptions ne se situent qu’à 1 171,92 milliards. Ce qui dégage un écart de 1 056,84 milliards FCFA au cours de la période sous revue.