Les personnalités tchadiennes de divers horizons appellent à une synergie pour une conférence qui sauve le TchadLes personnalités tchadiennes de divers horizons appellent à une synergie pour une conférence qui sauve le Tchad

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Des hauts cadres de l’administration tchadienne, par la voie de leur porte-parole, Bedoumra Kordjé, l’ancien ministre des Finances et du Budget et ancien vice-président de la Banque Africaine de Développement (BAD), appellent à tous les acteurs nationaux et non nationaux impliqués pour une sincère conférence nationale inclusive et souveraine qui sauve le Tchad.

Une conférence qui doit être organisée par les Tchadiens et pour tous les Tchadiens, c’est l’appel qu’ont lancé les personnalités tchadiennes de divers horizons, soucieuses de contribuer de façon sincère et non partisane à l’organisation, à la tenue et à la réussite d’une véritable conférence nationale inclusive et souveraine (CNIS), seule et unique voie pour sortir pacifiquement et de façon durable le Tchad de la crise multidimensionnelle qu’il traverse. Pour Bedoumra Kordjé, cette conférence doit être un cadre idéal de dialogue, d’inclusion, de compromis et de consensus qui doit veiller à la participation équilibrée et représentative de toutes les forces vives de la société tchadienne sans exclusion (partis politiques, mouvements politico-militaires, société civile, syndicats, organisations professionnelles, autorités traditionnelles, diaspora, confessions religieuses, personnes ressources, etc.). Ainsi, pour les hauts cadres tchadiens, la large représentativité de cette conférence va lui conférer la légitimité consensuelle de pouvoir prendre les décisions essentielles pour aller avec confiance à des élections démocratiques et transparentes, auxquelles seront conviés librement tous les enfants du Tchad du Tchad. De fait, la conférence examinera le projet de la nouvelle Constitution et les principaux textes législatifs, notamment, ceux relatifs aux élections. Pour eux, pour se donner plus de chance d’organiser une conférence nationale inclusive et souveraine réussie, il conviendrait de mettre en place, dans un délai de 15 jours au plus, un organe indépendant chargé d’organiser cette conférence dans les trois prochains mois en concertation avec l’Union africaine, les Nations Unies, l’Union européenne et l’Organisation Internationale de la Francophonie. Aussi, ils demandent, la nomination d’un facilitateur international crédible avec l’assistance des Nations Unies et de l’Union européenne, accepté par tous, pour faciliter la convocation de la conférence, le dialogue, le rapprochement entre parties et contribuer à résoudre les questions de sécurité des participants et du financement de la conférence, en relation avec les partenaires. La révision immédiate de la charte actuelle du Conseil Militaire de Transition (CMT) pour y inclure une disposition sur l’organisation de la conférence nationale inclusive et souveraine n’a pas été perdue de vue par les hauts cadres de l’administration tchadienne.

Ils appellent par ailleurs le CMT, le gouvernement, tous les acteurs politiques, les mouvements politico-militaires, la société civile, les jeunes et les chefs traditionnels et les Tchadiens de l’étranger, etc. de se lever et de donner la main pour acter les propositions d’organisation de la conférence nationale inclusive et souveraine et œuvrer à son succès. « L’organisation réussie de la conférence nationale inclusive et souveraine constitue le seul gage pour un Tchad de justice, d’unité, de sécurité et de paix durable », conclut Bedoumra Kordjé, l’ancien ministre des Finances et du Budget et ancien vice-président de la BAD.