Le Tchad préside la 22ème session ordinaire du Conseil d’administration l’Union africaine des télécomsLe Tchad préside la 22ème session ordinaire du Conseil d’administration l’Union africaine des télécoms

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Les travaux de la 22ème session ordinaire du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT), se sont ouverts, ce 2 juin, dans la capitale tchadienne. Lors de cette session virtuelle, le Tchad, insistera auprès des représentants des Etats membres pour que le continent s’implique davantage dans l’essor des télécommunications.

Cette 22ème session du conseil d’administration de l’instance panafricaine des télécommunications qui durera trois jours a pour objectif de passer en revue les différentes actions engagées au cours de l’exercice écoulé et de mettre en lumière les difficultés auxquelles elle est confrontée. Compte tenu de la pandémie de la Covid-19, ledit Conseil d’administration se tient par visioconférence et regroupe les 23 États membres de l’UAT. Il faut rappeler que l’organisation panafricaine fournie aux parties prenantes du secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC), un cadre approprié pour formuler des politiques et des stratégies efficaces visant l’amélioration de l’accès aux infrastructures et aux services de l’information. Ainsi donc, lors de cette session, la question de leadership visionnaire et des structures de travail favorable, du développement du capital humain et intellectuel et le plaidoyer pour le développement de la société de l’information et du savoir en Afrique seront à l’ordre du jour. Sylvestre M’Poué, représentant du ministre ivoirien des Télécoms, président sortant du conseil de l’administration de l’UAT, appelle chaque pays à s’acquitter  de ses arriérés afin que l’organisation puisse fonctionner dans l’atteinte de ses objectifs. « Aussi, il nous faut un fonds de garantie comme indiqué lors des travaux de la session en août 2020 à Abdidjan en Côte d’Ivoire », indique Sylvestre M’Poué. Pour le secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications, John Omo, l’Afrique doit accélérer la transformation numérique et cela nécessite des moyens. « C’est pourquoi nous devrions mettre en pratique le plus vite possible, les résolutions de la conclusion du groupe de travail lors de la session précédente », souhaite le secrétaire général de l’UAT.

Selon Dr Idriss Saleh Bachar, ministre tchadien des Postes et de l’Economie Numérique, les TIC, d’une manière général et particulièrement au Tchad, constituent un vecteur de création des richesses et des transformations sociales. « Les TIC sont devenus un vecteur important de croissance économique, de création des valeurs et des transformations sociales. C’est d’ailleurs pour cela, qu’au Tchad, nous avons adopté le plan numérique 2017 – 2021 et le plan du numérique et des postes 2020 – 2030 qui illustre la vision des autorités du Tchad de doter notre pays d’infrastructures numériques permettant la réduction de la fracture numérique », informe-t-il. Il a profité de l’occasion pour adresser ses remerciements au secrétaire général de l’UAT qui fait de cette organisation panafricaine un cadre idéal et propice pour discuter des nouveaux enjeux des TIC. Parlant des objectifs du Tchad, le ministre tchadien des Postes et de l’Economie numérique, Dr Idriss Saleh Bachar a indiqué que son pays vise à atteindre d’ici 2030, 10% sur le PIB du pays grâce au numérique. « Nous allons créer des milliers d’entreprises numériques afin de réduire la pauvreté à hauteur de 50%. Nous allons aussi booster notre taux d’accès au numérique à plus de 80% à l’échéance de ce plan stratégique », promet-il. Il appelle par ailleurs les opérateurs économiques à venir investir dans le numérique au Tchad.