Le gouvernement lance l’enrôlement biométriqueLe gouvernement lance l’enrôlement biométrique

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Le ministre d’Etat Secrétaire Général de la Présidence de la République Kalzeubé Payimi Deubet a lancé officiellement ce mercredi 11 novembre 2020, au ministère des Finances et du Budget, l’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat dans le nouveau système Intégré des Gestion des Finances Publiques (SIGFIP). Cette opération qui débute à N’Djaména et qui va se poursuivre sur l’ensemble du territoire national permettra d’alimenter le système Intégré des Gestion des Finances Publiques (SIGFIP) et de disposer à terme d’un fichier unique du personnel civil de l’Etat reflétant la situation administrative et salariale réelle. C’est également pour sécuriser définitivement le fichier de la solde. Cet enrôlement permettra d’actualiser et de compléter les informations individuelles de chaque agent. Les agents civiles de l’Etat doivent fournir un numéro matricule, les pièces d’identité, passeport, numéro de téléphone, le dernier acte administratif ou de nomination, le dernier acte administratif (avancement, titularisation, prise de service). 25 équipes sont reparties pour sillonner les ministères à N’Djaména pour l’opération et vont se déporter dans les autres provinces du pays. Ce sont des experts rwandais accompagnés des tchadiens qui feront ce travail d’enrôlement. D’après le ministre des Finances et du Budget Tahir Hamit Nguilin, il s’agit  de sécuriser les dépenses du personnel de l’Etat et de disposer d’un fichier unique. Le ministre d’Etat Secrétaire Général de la Présidence de la République, Kalzeube Payimi Deubet, souligne que si la bancarisation des salaires de l’Etat est devenue une réalité au Tchad, l’enrôlement biométrique va permettre aux fonctionnaires et contractuels de l’Etat de sécuriser les rémunérations, d’être proches de leur domicile financier, d’éviter des attroupements interminables et inutiles et d’éviter également de longues files d’attente devant les établissements bancaires. Selon lui, il ne s’agit pas d’un recensement de plus mais d’un véritable instrument financier. Ceux qui n’ont pas de comptes bancaires vont être payés via les téléphonies mobiles. A cette occasion, le ministre des Finances a annoncé que les revendications des agents de l’Etat sont prises en compte dans les états de salaires de la fin de ce mois de novembre. Il s’agit de gel des effets financiers et les frais de transports, objet de la grève.

Gédéon N.Wala