“Le CMT se dirigent vers la confiscation du pouvoir”, Bédoumra Kordjé“Le CMT se dirigent vers la confiscation du pouvoir”, Bédoumra Kordjé

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Le président du Groupe de Réflexion et d’Action pour l’appel du 1er juin, Bédoumra Kordjé, a fait un point de presse le 6 octobre 2021 au Cefod, pour dire non à qu’il considère comme un semblant de Dialogue National Inclusif en préparation. 

Dès l’entame de ses propos liminaires, Bédoumra Kordjé, estime que les Tchadiens dans leur grande majorité aspirent à un dialogue où toutes les forces vives de la nation vont se retrouver de façon équilibrée et représentative dans une conférence pour débattre et adopter de solutions consensuelles, justes et durables. “Les Tchadiens réclament clairement une conférence nationale inclusive et souveraine“, martèle-t-il.

Selon lui, le Conseil militaire de transition, conforté par le soutien du gouvernement français et le silence de l’Union africaine, pose des actes qui acheminent le Tchad vers un semblant d’un Dialogue National Inclusif. Il ajoute que par ces actes, notamment l’absence de révision de la charte de transition, la répression violente et brutale de la marche de Wakit-Tama, le CMT se dirigent vers la confiscation du pouvoir. “Le Conseil Militaire de Transition, malgré les multiples appels à attendre la Conférence nationale inclusive et souveraine, a décidé de nommer les membres du Conseil National de Transition, composé en majorité de ses partisans, qui va légiférer pour lui et en son nom“, déplore Bédoumra Kordjé.

Il avance qu’après des décennies de gabegie, de népotisme, de clanisme et d’injustice, le peuple tchadien ne veux plus de cette démocratie de façade et n’acceptera plus les tripatouillages électoraux. “C’est pourquoi le dialogue tel que voulu par le CMT que l’on prépare à servir de force aux Tchadiens ne sera inclusif que de nom et certainement sans effet, puisque non souverain“, fait comprendre le président du Gra-appel du 1er juin. Il appelle le peuple tchadien, les forces vives et les amis du Tchad à se mobiliser et imposer la tenue d’un véritable dialogue aboutissant aux décisions exécutoires telles que la révision de la charte de transition, la mise en place des nouveaux organes consensuels de transition et l’élaboration et l’adoption des orientations pour le projet de constitution.