Indiscrétions : les raisons de la réinterprétation du décret n°2585 portant confinementIndiscrétions : les raisons de la réinterprétation du décret n°2585 portant confinement

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

A l’annonce lors de la conférence de presse conjointe du ministre de la Santé, Dr Abdoulaye Sabre Fadoul et du Coordonnateur national de riposte sanitaire, Professeur Choua Ouchemi, les Tchadiens ont jubilé tout en critiquant le ministre d’État, ministre secrétaire général à la Présidence, Kalzeubé Payimi Deubet pour avoir mal interprété le décret n°2585 portant confinement et isolement de la ville de N’Djamena.


S’agit-il d’un revirement ou d’une mauvaise interprétation du décret présidentiel? A lire entre les lignes, l’on se pencherait sur la 2ème hypothèse. Cette décision de confiner la ville de N’Djamena et ses environs annoncée par le ministre d’Etat a suscité un véritable tollé et malgré tout la population ne s’était pas entièrement confinée. Beaucoup vaquaient à leurs occupations, défiant parfois les termes du décret qui est mal interprété par les autorités elles-mêmes.
Selon le ministre de la santé, il s’agirait plutôt de confinement de la ville de NDjamena dont les cas de propagation de la maladie ont été signalés de manière crescendo ces derniers jours. Pour Dr Abdoulaye Sabre, il s’agit d’isoler N’Djamena des autres villes pour empêcher que le virus circule et non empêcher la population de sortir. Voilà qui a le mérite d’être très clair pour lever l’équivoque. Cette mesure est saluée par la population N’Djamenoise dont la plupart exerçant des petits métiers, vit le jour au jour.
Un éclaircissement tardif mais qui s’impose pour baisser la tension créée par une décision difficile à accepter par toute une ville.

Sabre Na-ideyam