Enseignement supérieur: 7 jours pour rétablir la bourse dans les universitésEnseignement supérieur: 7 jours pour rétablir la bourse dans les universités

User icon Par Ibrahim Adam

Après la suppression de la bourse des étudiants en 2016 suite aux 16 mesures, les conditions d’étude restent précaires dans les campus. L’Union Nationale des Etudiants Tchadiens par le biais de son président a fait une sortie médiatique pour exiger le rétablissement des bourses et des meilleures conditions de travail.

C’est dans un ton martial que le président que Mahamat Saleh Ahmat Ali demande au gouvernement de s’exécuter, de rétablir la bourse d’étude pour les étudiants. Il donne un semaine au gouvernement de se prononcer sur les revendications des étudiants. “Passé ce délai, une marche de grande envergure et pacifique sera lancée sur toute l’étendue du territoire national”, prévient-il. Et comme si cela ne suffisait pas, il réitère l’engagement du bureau exécutif de l’UNET à aller jusqu’au bout des revendications. “L’étudiant tchadien n’a jamais cessé de se lamenter de ses conditions d’études. Si le gouvernement de transition a la bonne volonté de respecter ses engagements vis-à-vis de ses partenaires sociaux, il serait hors de question de mettre la bourse des étudiants dans les oubliettes”, rappelle Mahamat Saleh Ahmat Ali, président de l’UNET. Ce bras de fer entre l’UNET et le gouvernement ne date pas d’aujourd’hui. Les étudiants ont de même obtenu gain de cause étant donné que certaines de leurs revendications ont prises en compte notamment le problème de transport avec l’octroi de 35 nouveaux bus il y a quelques mois. “Le président du CMT et son gouvernement lors de leur sortie médiatique ont fait comprendre que leur mission consiste à assurer la continuité de l’Etat dans toutes ses formes mais nos revendications et les promesses sont restées sans suite”, rappelle une fois de plus Mahamat Saleh Ahmat Ali. Le bureau national de l’UNET dénonce l’attitude du centre national des œuvres universitaires(CENOU) pour sa non collaboration avec les représentants des étudiants avant d’égrener d’autres difficultés rencontrées par les étudiants pour leurs études. Il cite entre autres, le manque de la restauration, le centre de santé universitaire, la bibliothèque, le réseau wifi, la sonorisation dans les amphithéâtres, le manque de salles d’informatique…
GNW