Éducation : Le RODEMI exige la réhabilitation des 12 proviseurs du Mont-Illi et le départ sans condition de l’inspecteur départementalÉducation : Le RODEMI exige la réhabilitation des 12 proviseurs du Mont-Illi et le départ sans condition de l’inspecteur départemental

User icon Par Ahmat Moussa Adoum

C’est par un point de presse animé ce 12 octobre à la maison des jeunes de Walia que le reseau des organisations pour le développement de Mont-Illi a exigé le départ de l’inspecteur départemental de l’éducation de cette dite localité et la réhabilitation des 12 proviseurs affectés dans d’autres provinces.

Selon le coordonnateur de ce réseau M. LOGAMOU DOUMGOU RAMADANE, au titre de l’année 2022-2023, douze proviseurs sur quatorze ont fait l’objet d’une affectation abusive et de surcroit en remplacement par les stagiaires.

Il poursuit en rappelant qu’en date du 25 juillet 2022, ces douze proviseurs ont adressé par voie hiérarchique, une note au ministre de l’éducation nationale et de la promotion civique pour dénoncer les mauvaises pratiques que se livre l’inspecteur départemental du Mont-Illi pour plusieurs motifs comme :
« le manque de considération à l’égard des responsables des établissements scolaires, la promotion de la médiocrité dans le système éducatif, la mauvaise composition du jury dans les différents concours et examens, exclusions des proviseurs à la correction du baccalauréat session de juin 2022, exigence de caution pour le traitement des dossiers etc… » A souligné le coordonnateur LOGAMOU DOUMGOU RAMADANE.

En réponse à cette note, les 12 proviseurs se retrouvent miraculeusement affectés par l’arrêté N° 259 du 02 septembre 2022 par le ministre précise le coordonnateur.

De tout ce qui précède, le réseau déplore cette attitude peu orthodoxe et exige la réhabilitation de ces 12 proviseurs ainsi que le départ sans condition de l’inspecteur départemental de l’éducation national du Mont-Illi.

À contrario, le réseau des organisations pour le développement du Mont-Illi usera de tous les moyens possibles pour obtenir justice.

MALLANNA ABRAHAM KAITAMA