Détournement de l’argent à la SHT: Que des rebondissements et des révélationsDétournement de l’argent à la SHT: Que des rebondissements et des révélations

User icon Par Ahmat Moussa Adoum

L’affaire de détournement de 38 milliards FCFA dans les comptes de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) connaît de nouveaux rebondissements. Des hauts cadres d’Orabank où sont logés les comptes de la SHT sont incriminés ainsi que de nombreux ministres.

Certainement des têtes vont tomber suite à ce feuilleton scandaleux.
D’après les informations relayées par Tchadanthropus, le Directeur Général d’Orabank aurait livré plusieurs noms des cadres de son institution qui seraient impliqués dans cette affaire rocambolesque au ministère des Finances et du Budget. La même source renseigne que, les deux directeurs généraux de la Banque sont impliqués et l’opération de détournement s’est faite par des cadres complices.

Le DG d’Orabank a donné plusieurs versions sur ce détournement que l’Agence Nationale de la Sécurité est entrain de recouper apprend-on. Tchadanthropus révèle que parmi les noms visés, il y a un certain Ndo Ngrabendo, fils d’un ancien préfet de Sarh et ex-directeur de Cabinet à la SHT qui aurait reçu 2 milliards 800 millions FCFA.
Un autre cadre répondant au nom de Abdelbassit Abdelhak quant à lui aurait empoché 2 milliards 700 millions FCFA. Le même journal informe que la Cour Suprême serait saisie pour se pencher sur le cas des ministres dont les noms sont évoqués dans ce scandale financier.

De l’avis de nombreux observateurs, le ministre des Finances et du Budget serait fortement impliqué dans cette affaire, puisque c’est lui qui ordonne les dépenses publiques. Et comment une telle somme peut sortir d’une banque sans sa signature, se demandent beaucoup de tchadiens qui pointent également un doit accusateur sur le Premier ministre de Transition qui normalement doit apposer sa signature sur le document avant que l’argent ne sorte de la banque. Mais également le Président du Conseil Militaire de Transition Mahamat Idriss Déby ITNO qui serait tombé dans le piège de son Secrétaire Particulier Youssouf Boy qui aurait signifié à son Chef qu’il va débloquer cet argent pour faciliter le ralliement des politico-militaires en pourparlers à Doha au Qatar depuis plus de trois mois. Dans cette affaire, plusieurs ministres sont impliqués et risquent de perdre leur poste. Tahir Hamid Nguilin ministre des Finances et du Budget et Djérassem Le Bémadjiel, ministre du Pétrole entre autres. Mais avant eux, le directeur général de la SHT et son adjoint ont été éjectés de leur poste suite à cette affaire et sont entre les mains des agents de renseignements. Des rumeurs qui circulent depuis quelques jours annoncent un remaniement ministériel imminent et beaucoup de ministres méditent sur leur sort. Le PCMT après son retour des Emirats Arabes Unis est certainement entrain de réfléchir sur la nouvelle équipe gouvernementale à mettre en place. En attendant les fins limiers de l’agence nationale de sécurité(ANS), poursuivent leurs enquêtes.

De nombreuses sources révèlent que Youssouf Boy refuse pour l’instant de parler aux agents de renseignements et certains de ses parents généraux influents refusent qu’il soit torturé ou brutalisé.

GNW