Dans les marchés de N’Djaména: le poisson frais, mal conservé par des vendeusesDans les marchés de N’Djaména: le poisson frais, mal conservé par des vendeuses

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

La vente de poissons frais dans la capitale tchadienne par certaines vendeuses est déplorable. Les poissons frais ne sont pas du tout conservés dans les kits mis à leur disposition. Ils sont étalés à même le sol, sur des morceaux de sac ou de planche.

Malgré la formation de 100 femmes vendeuses de poissons frais en technique de conservation et de commercialisation initiée par le ministère de la Formation Professionnelle et des Petits Métiers en collaboration avec l’Agence Turque de Coordination et de Coopération (TIKA), le poisson frais n’est pas toujours bien conservé dans les kits qui leur sont offerts après cette formation. Les vendeuses préfèrent les étaler aux abords des rues ou à l’intérieur des marchés dans de mauvaises conditions. Aux marchés : Taradona, Dembé, Chagoua, la conservation de poisson frais laissent à désirer et les poissons pourrissent au fil des heures. Les femmes sont obligées de verser ces pourritures dans les caniveaux jouxtant le marché rendant le milieu insalubre avec des odeurs insupportables. A l’arrivée d’un client, les vendeuses se bousculent dans tous les sens pour leur présenter les poissons. Quelques-unes préfèrent être debout pour vite avoir des clients.

Ces vendeuses envahissent ces différents marchés de la place dès les premières heures pour ne rentrer que la nuit. Ce sont généralement des carpes, les sardines, capitaines, etc., qui sont exposés. La vente de ces poissons se fait en tas, en gros ou en détail. Le prix oscille entre 500 à 15.000 francs CFA et plus. Ces vendeuses obstruent la voie publique à tel point où les usagers ont de la peine à circuler.

Certaines vendeuses avancent comme argument que si elles utilisent les kits qui leur sont offerts, les clients ne vont pas bien voir ces poissons. Raison pour laquelle, elles préfèrent étaler ces poissons dehors que de les conserver dans les kits. « Vous voyez, nous nous sommes déjà habituées à vendre les poissons frais dans la vieille méthode. Donc, demander à une vendeuse analphabète comme moi, de conserver les poissons frais dans les kits avant de les vendre, serait vraiment difficile. Car moi particulièrement, je connais vendre les poissons frais en les étalant au sol. Puisque quand tu étales tes poissons au sol, les clients voient très rapidement que quand ils sont conservés dans les kits », nous informe Sylvie, une vendeuse rencontrée au marché à poisson de Chagoua. Kindi une autre vendeuse de poissons frais ajoute pour sa part que ce n’est pas toutes les vendeuses de poissons frais qui ont suivi la formation en technique de conservation et de commercialisation. « Moi particulièrement, je n’ai pas suivi la formation pour connaitre ce qu’on appelle kits. Dans les 10 arrondissements de la capitale, ils n’ont trié que 10 vendeuses de poissons frais. Donc, ce n’est pas toutes les vendeuses qui ont été formées », lâche-t-elle.