Dans le 9ème arrondissement, les sinistrés se disputent les vivresDans le 9ème arrondissement, les sinistrés se disputent les vivres

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Les sinistrés d’inondations de Walia, dans le 9ème arrondissement, ont bénéficié le mardi 17 novembre, des vivres du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC). Cependant, ces vivres ont provoqué de vives tensions entre les sinistrés eux-mêmes.

Le Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) a volé au secours des sinistrés de Walia en leur offrant des vivres, moustiquaires et des draps. Ce don a suscité de vives tensions entre certains sinistrés. La tension reste palpable à lheure actuelle. « Nous sommes les premières victimes de des inondations malgré cela, nous n’avons pas bénéficié de vivres comme les autres qui viennent de s’installer il y a quelques deux ou trois semaines », fulmine Kodjimadji Nadjimbaye, un sinistré. Dautres pointe un doigt accusateur sur la mairie du 9ème arrondissement, car selon eux, c’est elle qui est à l’origine de ce que subissent les sinistrés et exhortent les responsables de la mairie à jouer un rôle neutre dans le partage de ces vivres. « Tout ce soulèvement relève de la faute de certains responsables de la mairie du 9ème arrondissement. Ce nest pas pour la première fois qu’on reçoit des vivres et à chaque fois c’est ceux qui ne sont pas de victimes qui bénéficient plus que nous les victimes. Si vous voyez que les sinistrés se révoltent, c’est parce qu’il y a des intrus », nous rapporte tout furieux Nangdongué Emmanuel. Pour certains sinistrés, si les autres qui sont sous les tentent ne bénéficient pas assez de vivres, c’est parce qu’ils sont pris en charge par les ONG depuis leur arrivée. « Les sinistrés qui sont sous les tentes bénéficient de l’argent avec les ONG et malgré cela, ils estiment qu’ils sont les premiers sinistrés comme si nous ne sommes pas aussi des sinistrés», s’exclame Lhamgolo Vaidama. Si les autorités communales ne prennent pas à bras-le-corps ce problème, cela risquera de dégénérer, estiment certains observateurs.
Nos tentatives davoir l’avis des responsables de la commune du 9ème arrondissement ont été vaines. Elles souhaitent ne pas se prononcer pour le moment sur l’affaire.
Mallanna A. Kaitama (Stagiaire)