Dans la nuit d’hier, des voleurs ont pillé et saccagé le salon de coiffure d’une femmeDans la nuit d’hier, des voleurs ont pillé et saccagé le salon de coiffure d’une femme

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Le malheur des uns fait le bonheur des voleurs. La population N’Djamenoise est confinée chez elle à partir de 18h. En plus des effets de cette décision, les biens de beaucoup ne sont pas en sécurité. C’est le cas de Arama une dame qui détient un salon de coiffure à N’Djamena. La nuit d’hier, des voleurs ont cassé la porte de son salon pour emporter tout ce qui se trouve à l’intérieur. « Ce matin, des voisins m’ont appelé pour m’alerter du saccage de mon salon. Quand je suis venue, j’ai rien trouvé dedans. Les voleurs ont tout pris. La bonbonne de gaz, les mèches, ils ont tout pris» ,témoigne-t-elle avant d’ajouter que « le gouvernement nous demande de rester chez nous à partir de 18h, de ne pas ouvrir nos boutiques mais il fait quoi pour protéger nos biens ? C’est quoi le rôle des forces de l’ordre ?» s’indigne-t-elle.

Il faut dire que le mal derrière ces mesures est profond. La population est laissée à sa merci et leurs biens à la merci des bandits qui escaladent les murs et cassent les portes. Comme Arama, beaucoup ont vu leurs magasins dévaliser la nuit pendant que les gardiens qui étaient sensés garder ces boutiques sont contraints de rester à la maison. « En plus de nous empêcher de travailler, les voleurs prennent ce qui reste de nos maigres sources de revenus. C’est inadmissible», crie la jeune dame à travers une vidéo qu’elle a postée sur sa page Facebook.

Mahamat Kally