Cybercriminalité: des centaines de millions extorquées aux TchadiensCybercriminalité: des centaines de millions extorquées aux Tchadiens

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Par un point de presse ce mardi 2 février, le Directeur National de l’Agence Nationale des Investigations Financières (ANIF), Souleymane Abdelkerim Chérif a tenu à alerter la population et les établissements bancaires de plusieurs signalements faisant état d’attaque cybercriminelle contre les personnes et les entreprises tchadiennes.

Le type de piratage informatique dont il est question est le « phishing ou hameçonnage », une technique d’interception électronique de données à caractère personnel (mots de passe des mails, des numéros de carte de crédit, les copies des pièces d’identité…) dans un dessein criminel. Trois modes opératoires a retenu l’attention de l’ANIF qui alerte la population, surtout les opérateurs économiques à ne pas communiquer leurs mots de passe des mails, leurs numéros de carte bancaire, et éviter de faire des achats sur certains sites non sécurisés. Le Directeur National de l’ANIF a indiqué que son institution a estimé les préjudices financiers dans ces affaires à hauteurs de plusieurs centaines de millions de francs CFA. « Pour certains dossiers traités par l’ANIF, les criminels pour l’essentiel des étrangers sont déjà connus et localisés par nos services. La justice prendra le relais et le Procureur de la République est à pied d’œuvre pour cela », informe Souleyme Abdelkerim Chérif.

Le Directeur National de l’ANIF invite les Tchadiens à plus de vigilance et recommande les gestes tels que conserver le mot de passe en les mémorisant au lieu de les écrire quelque part, pour les mails, utiliser les mots de passe longs en incluant les caractères spéciaux et les changer régulièrement. « Evitez d’utiliser les mêmes mots de passe partout. Quand vous faites des achats en ligne, ne communiquez les références de vos cartes de crédit qu’à des sites de notoriété publique. Et surtout, d’éviter les échanges à caractère professionnel, administratif ou commercial via les réseaux sociaux surtout WhatsApp », recommande Souleymane Abdelkerim Chérif.

Sabre Na-ideyam