Conflits éleveurs-agriculteurs :  Saleh Kebzabo souffle sur les braises en prônant la déchirureConflits éleveurs-agriculteurs : Saleh Kebzabo souffle sur les braises en prônant la déchirure

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Fini l’hypocrisie et les intentions masquées ? Les agendas cachés sortent du terroir des politiciens.

En déplacement dans la partie Sud du Tchad, Saleh Kebzabo a tenu des propos peu favorables à la cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs. En effet, profitant des récents conflits entre éleveurs et agriculteurs dans le Sud du pays, Saleh Kebzabo a, dans un message vocal que le journal a pu avoir une copie, incité les habitants d’un village de s’armer contre les éleveurs pour dire dit-il « défendre leur village ». « Les sudistes sont désarmés. Eux, ils sont armés. Deby ne nous aime pas. Personne ne va vous protéger contre eux. Ils sont armés, détendez-vous et ne vous laissez pas faire »,encourage Saleh Kebzabo, le sexagénaire dans cette note vocale qui a duré 27 minutes.
Pourtant les conflits entre éleveurs et agriculteurs sont légions au Tchad. Il n’est un secret pour personne que des individus tapis dans l’ombre tirent les ficelles de ces conflits. Mais un discours de ce genre venant de Kebzabo, c’est gravissime même si la situation est grave et appelle à une véritable action pour mettre fin à ce phénomène qui endeuille des familles tchadiennes presque de manière cyclique. Mais quelle mouche a piqué le président de l’Undr pour tenir des propos aussi graves. Et pourtant, ceux qui enlèvent des gens contre rançon dans le Mayo Kebbi ne sont pas ceux à qui fait allusion Saleh Kebzabo. Bref…

Il sape ainsi, l’effort des médiateurs et des associations de la société civile qui appellent à la cohabitation entre les communautés tchadiennes. Il sape ainsi l’effort des jeunes tchadiens soucieux de plus en plus de l’unité entre toutes les communautés. Saleh Kebzabo profite du malheur des tchadiens pour attiser la haine pour des objectifs électoralistes. On se croirait dans les années 1979, la période des déchirures sociopolitiques qui ont divisé le Tchad en deux blocs. Devant des enfants et des jeunes, tenir de tels propos revient à remonter ces jeunes contre leurs prochains. Pour un non et pour un oui, des conflits pourraient surgir. Et Saleh Kebzabo risque d’avoir sur la conscience, le sang des tchadiens.

L’homme est-il au bout de souffle dans sa carrière politique ? En tout cas sa récente sortie vient de trahir l’ambition de celui qui aspire à la magistrature suprême pour être le Président de tous les tchadiens selon ses dires.
A travers ce comportement, en quoi Kebzabo est différent de ceux contre qui il « se bat » et qu’il accuse d’avoir divisé les tchadiens ?

Non le Tchad n’a pas besoin de ces discours divisionnistes. Si le Tchad a tant souffert sur tous les plans, c’est justement par la faute des politiques qui mettent le feu et le sang dans les cœurs des tchadiens. Aujourd’hui, après tout ce chemin parcouru, il est inopportun d’assister à la pérennisation des discours qui mettent en mal le vivre-ensemble. Le Tchad vient de loin et il n’a pas intérêt à retourner dans ses années sombres. C’est pourquoi dans le Tchad de nos rêves voulu par la nouvelle génération, il ne doit y avoir aucune place pour les politiciens qui vivent de la haine et de la division des tchadiens.

C’est dommage qu’après tout ce chemin, l’homme qui se positionne comme l’opposant du no 1 du régime actuel, finisse par tenir de tels propos. L’on se demande finalement si tout ça c’est pour arriver à ça!

Mahamat Kally