Comité Technique Spécial : les raisons cachées de limogeage de GoukouniComité Technique Spécial : les raisons cachées de limogeage de Goukouni

User icon Par Ibrahim Adam


L’ancien président tchadien, Goukouni Weddeye, est remercié le 10 mars 2022, par les autorités de transition de N’Djaména de son poste du président du Comité Technique Spécial (CTS). Cependant, les raisons de ce limogeage restent non élucidées.

Goukouni Weddeye ne tient plus les rênes du Comité Technique Spécial, un comité chargé pour mener les négociations avec les mouvements politico-militaires, le 13 mars 2022, à Doha au Qatar. L’ancien président est remplacé par le chef de la diplomatie tchadienne, Cherif Mahamat Zène. C’est le Premier ministre de transition, Pahimi Padacké Albert, qui a convoqué Goukouni Weddeye dans son bureau en soirée pour le remercier avec à l’appui un décret signé par le Président du Conseil Militaire de Transition, le Général d’armée, Mahamat Idriss Déby Itno. Alors que nous sommes à 4 jours du pré-dialogue avec les groupes rebelles. Toutefois, les autorités de transition n’ont pas justifié officiellement ce limogeage de Goukouni Weddeye du Comité Technique Spécial mais des sources nous confient que cette destitution fait suite à la lenteur du processus du pré-dialogue et à la position de Goukouni qui tenait mordicus à la participation de tous les mouvements politico-militaires, à leur offrir tous les titres de voyages et leur garantir la sécurité pendant cette rencontre de négociation spéciale à Doha au Qatar, puisque certains rebelles n’ont pas encore eu des passeports. Malgré sa bonne volonté d’organiser un pré-dialogue réussi et inclusif, Goukouni s’est fait mordre les doigts par les autorités de transition qui veulent plutôt faire un dialogue à main levée et faire comprendre à l’opinion nationale et internationale qu’elles tiennent à leurs engagements.

Le pré-dialogue risque encore d’échouer

Si le Président du Conseil Militaire de Transition ne prend pas la problématique des négociations avec les groupes rebelles à bras le corps, le Tchad ne sera pas épargné des bruits de bottes dans les jours à venir. Déjà en février dernier, le chef de la rébellion de l’Union des Forces de Résistance (UFR), Timan Erdimi, avait exprimé sa volonté de déstabiliser les institutions de la République du Tchad. Malgré la déclaration du Général Mahamat Idriss Déby (PCMT), personne ne sera exclu du pré-dialogue au Qatar, le leader de l’UFR n’a pas encore donné sa position par rapport à sa participation à cette rencontre qui aura lieu dimanche le 13 mars 2022, au Qatar. Une centaine de mouvements politico-militaires sont conviés à cette rencontre de négociation mais le suspens sur la tenue de ce pré-dialogue demeure.
Kary Amadou