Cameroun: les gouverneurs du Bassin du Lac Tchad échangent sur la coopération et la stabilisation régionalesCameroun: les gouverneurs du Bassin du Lac Tchad échangent sur la coopération et la stabilisation régionales

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Après Maiduguri au Nigeria et Niamey au Niger en 2018 et 2019, la troisième édition du Forum des Gouverneurs du Bassin du Lac Tchad, s’est ouverte le lundi 4 octobre 2021, au Palais des Congrès de Yaoundé, par une cérémonie présidée par le Premier Ministre de la République du Cameroun, Joseph DION NGUTE, représentant le Président Paul Biya. De nombreux discours ont ponctué la cérémonie protocolaire d’ouverture qui a connu la participation des invités de marque et des délégations venues du Tchad, du Niger, du Nigeria et du Cameroun.

La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), en collaboration avec les huit gouverneurs des territoires affectés par la secte Boko Haram et le gouvernement de la République du Cameroun, a entamé 4 octobre 2021, la troisième édition du Forum des gouverneurs du Bassin du Lac Tchad. Ce Forum qui se tient les 4 et 5 octobre 2021 dans la capitale politique camerounaise, a pour objectif d’évaluer et d’analyser la situation politique, civile, sécuritaire et humanitaire dans le Bassin du Lac Tchad ; de fournir une occasion de tirer parti des réalisations accomplies depuis le Forum de 2019 à Niamey au Niger ; et de renforcer la coopération régionale et transfrontalière dans la lutte contre l’insurrection et le terrorisme dans la région. Il faut dire que depuis le déclenchement de l’insurrection de la secte Boko Haram en 2009, la région s’est efforcée de limiter l’impact des activités du groupe, qui se traduit par des déplacements internes et transfrontaliers massifs, la destruction du tissu social et des biens, des violations des droits de l’homme et des services publics perturbés, ainsi que des capacités limitées des institutions gouvernementales. En réponse à cela, la Stratégie régionale de stabilisation de redressement et de résilience (SRS) des zones du Bassin du Lac Tchad touchées par Boko Haram a été mise sur pied en 2018 comme un cadre solide pour relever ces défis complexes et urgents. La stratégie reconnait la nécessité d’un ensemble complet, multisectoriel et coordonné d’efforts nationaux et transfrontaliers, notant que la collaboration le long du lien entre l’humanitaire, le développement et la paix, est vitale pour la stabilisation, le redressement et la résilience à long terme. “Malgré les défis, nous avons enregistré des réalisations modestes dans l’accomplissement de nos engagements de 2019. Nous avons progressé grâce au soutien continu des gouvernements du CBLT, des entités des Nations Unies, de l’Union Africaine, des communautés économiques régionales et des partenaires multilatéraux et bilatéraux. En outre, les contributions des Organisations de la Société Civile (OSC), des Chefs traditionnels et religieux, des médias et de la Force opérationnelle interarmées multinationale ont été essentielles” a déclaré l’ambassadeur Mamman Nuhu, Secrétaire Exécutif de la CBLT et Chef de mission de la Force multinationale mixte (FMM). Pour sa part, l’ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaires aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la Commission de l’Union africaine a indiqué, qu’à travers son représentant, que “la Coopération transfrontalière est essentielle pour accélérer la stabilisation et le redressement dans le Bassin du Lac Tchad. La Commission de l’Union Africaine contribuera donc à soutenir les plateformes, telles que le Forum des gouverneurs, qui cherchent à stimuler la collaboration en matière d’action humanitaire et de développement dans la région du Bassin du Lac Tchad”. Ahunna Eziakonwa, sous-secrétaire général des Nation Unies et administratrice assistante et directrice régionale du PNUD pour l’Afrique, a , quant à elle souligné que “nous ferons comprendre aux participants au Forum la manière dont les gouvernements et les gouverneurs peuvent renforcer la résilience des communautés, élargir les choix de moyens de subsistance, accroitre l’accès aux services sociaux et garantir la paix dans les territoires déchirés par la guerre”.Rappelons que ce Forum s’engage aussi à promouvoir le dialogue en renforçant la coopération transfrontalière en matière de sécurité et à faciliter le commerce transfrontalier et le redressement économique pour améliorer les moyens de subsistance. Et parce que proches des circonscriptions touchées par la crise, les gouverneurs ont donc un rôle indispensable dans l’orientation et le suivi de la mise en œuvre de la Stratégie de stabilisation et d’autres initiatives en faveur de la stabilisation, de la consolidation de la paix et du développement durable, d’une manière qui puisse se traduire par des changements positifs sur le terrain. Le Cameroun, a annoncé son Premier Ministre, va apporter appui financier à hauteur de un million de dollars pour soutenir la lutte contre la secte Boko Haram. Très attendues à la clôture du Forum, les grandes résolutions de l’édition 2021.Bon à savoir, la Commission du bassin du Lac Tchad a été créée le 22 mai 1964 avec pour objectif de gérer le lac Tchad et ses ressources en eau partagées, de préserver les écosystèmes et de promouvoir l’intégration régionale, la paix, la sécurité et le développement dans la région du lac Tchad.