Au Kanem : les combats se poursuivent entre l’armée et les rebelles du FACTAu Kanem : les combats se poursuivent entre l’armée et les rebelles du FACT

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Des affrontements entre les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT), dirigé par Mahamat Mahdi Ali et l’Armée Nationale Tchadienne (ANT), ont repris depuis mardi 27 avril dernier au Nord du Kanem. Ces affrontements se sont intensifiés dans la journée du mercredi 28 et jeudi 29 avril 2021. Pour l’instant, aucun bilan officiel n’est donné des deux côtés toutefois, l’ANT assure avoir anéanti le FACT qui, lui aussi revendique la prise de la ville de Nokou.

L’Armée Nationale Tchadienne (ANT) a envoyé le mardi 27 avril dernier de nombreux renforts combattre les colonnes des rebelles ayant trouvé refuge au Niger, dont les autorités ont demandé leur départ sur leur sol, cela, à la demande du Conseil Militaire de Transition. L’objectif de l’Armée Nationale Tchadienne est de prendre en tenaille les rebelles du FACT qui avaient fui vers le Niger voisin au plus fort des combats de la semaine où le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno, avait trouvé la mort. Au Niger, les rebelles du FACT ont été chassés par l’armée nigérienne depuis deux jours, selon des responsables tchadiens. Selon un responsable de l’Armée Nationale Tchadienne, le Tchad a activé l’accord de coopération militaire avec le Niger et c’est ce qui a permis le renvoi des rebelles dans ce pays. « On a activé notre accord de coopération militaire avec le Niger dans le cadre du G5 – Sahel », a précisé. Le FACT, quant à lui, dans un communiqué de presse signé de son chargé de communication, Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, en date du 27 il tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’il est surpris par la déclaration des autorités démocratiquement élues et qui, ayant impliquées au départ comme médiateur, redeviennent finalement acteur en prenant partie pour la junte militaire illégitime, anticonstitutionnelle et massivement rejeté par la population tchadienne. « Malheureusement, depuis cette réceptivité de l’appel du peuple, le FACT se retrouve bombarder de tous les côtés mais il est conscient qu’il doit se défendre. Désormais, nous nous mettons sur la défensive et répondre coup par coup », averti Kingabé Ogouzeïmi de Tapol.

Selon les informations du milieu de renseignement militaire, l’aviation tchadienne était obligée d’entrer en action pour détruire quelques colonnes des rebelles, notamment quatre pick-up. Une information que le chargé de communication du FACT, Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, n’a pas voulu confirmer ni infirmer, surtout concernant les attaques qu’ils auraient subi sur le sol nigérien. Toutefois, il indique que « ce qui est sûr, il y a eu des affrontements dans le Nord Kanem le mardi 27 et mercredi 28 avril dernier ». Il promet de rendre public bientôt un communiqué sur ce qui se passe réellement dans cette zone.

S.N