ARCEP inflige une forte amande aux sociétés de téléphonie mobileARCEP inflige une forte amande aux sociétés de téléphonie mobile

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Conformément à sa mission de contrôle, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), los de son 13ème audit sur la qualité de service réalisé du 10 juillet au 11 septembre 2020 a infligé une forte amande aux opérateurs de téléphonie mobile Salam, Tigo et Airtel.

Ce contrôle a permis d’évaluer la couverture des réseaux 2G et 3G ainsi que la qualité des services 2G et 3G (Voix, SMS et Data) fournies par les trois opérateurs de téléphonie mobile qui sont Salam, Tigo et Airtel, dans 29 localités et sur 27 axes routiers. La couverture 4G avec la qualité de ses services (Voix, SMS et Data) fournie n’est pas du reste. Et l’audit 2020 a, malheureusement relevé des manquements sur plusieurs indicateurs mesurés. Les engagements contenus dans le protocole d’accord signé en juin 2019 par deux sociétés (Airtel et Tigo) n’ont pas été respectés.

Ainsi, les trois opérateurs ont subi chacun un taux de sanction allant de 6 à 9%. Airtel a subi un taux de sanction de 7% soit 4 275 103 073 francs CFA. Tigo pour sa part a subi un taux de sanction de 6,28% soit 4 115 715 603 francs CFA et enfin Salam avec un taux de sanction de 9,65% soit 63 655 915 francs CFA.

Pour les responsables de l’ARCEP, les produits de ces sanctions vont permettre à l’institution de se doter des outils et des équipements performants pour assurer  avec efficacité le contrôle de la qualité de service au profit des consommateurs.

Déjà, au sein des deux institutions (Airtel et Tigo), les voix se lèvent pour dénoncer cet audit. « C’est un acharnement contre nos opérateurs téléphoniques. Nous allons faire appel de cette condamnation », informe des sources internes aux eux sociétés de téléphonie (Airtel et Tigo).