A Bruxelles, Pahimi Padacké Albert se réjouit des financements de l’Union européenneA Bruxelles, Pahimi Padacké Albert se réjouit des financements de l’Union européenne

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

Le Premier ministre de transition, Pahimi Padacké Albert, a effectué une mission de haut niveau à Bruxelles du 16 au 17 novembre 2021. Accompagné de 5 membres du gouvernement, il était partie à la rencontre des hauts responsables de l’Union européenne pour demander l’accompagnement de la transition en cours.

Dans la perspective de conduire le Tchad à un retour à l’ordre constitutionnel dans une période de 18 mois, le gouvernement de transition du Tchad a présenté le 19 août 2021, sa feuille de route à ses partenaires techniques et financiers afin d’obtenir leur accompagnement pour le financement indispensable de sa mise en œuvre. Il faut dire que le Tchad connait une situation économique et financière difficile depuis 2015 marquée par la baisse drastique des cours du baril du pétrole, une diminution considérable de ses recettes fiscales de son engagement actif dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, et les effets néfastes de la pandémie de Covid-19. Et donc, il ne peut à lui seul mobiliser des ressources en un si court laps de temps pour couvrir l’ensemble des charges liées à la transition. Raison pour laquelle, l’appui des partenaires techniques et financiers est nécessaire voire indispensable pour l’accomplissement positif et urgent de la transition. “Notre rencontre avec les hauts responsables de l’Union européenne fut franche et bénéfique pour la transition au Tchad. En effet, nous avons eu le privilège d’être reçu le 16 novembre 2021, par Janez Lenarcic, Commissaire pour la Gestion des crises et Aide Humanitaire, pour échanger sur la transition et particulièrement sur les questions de l’aide d’urgence humanitaire au Tchad, ainsi que sur la reconnaissance de l’Union européenne du vote de la loi relative au droit d’asile. Je tiens à le rappeler, la réussite de la transition passe aussi par la dimension humanitaire et des solutions d’urgence budgétaires et techniques”, informe Pahimi Padacké Albert. Selon lui, il faut garder à l’esprit que le Tchad continue à accueillir, en dépit de sa situation difficile, les personnes déplacées de La Lybie, du Soudan et de la République centrafricaine. Aussi, ajoute le chef du gouvernement de la transition, sa délégation a également eu l’opportunité de rencontrer Mme Jutta Urpilainen, Commissaire pour les Partenariats Internationaux qui a la responsabilité d’annoncer et de suivre les ressources mises à disposition pour accompagner la transition et autres questions subsidiaires. “Nous avons eu l’occasion d’aborder la question post-Cotonou, relativement aux investissements futurs qui vont être réalisés au Tchad dans le cadre du développement, mais aussi dans l’appui à la
transition”, a poursuivi le chef du gouvernement de transition. Enfin, la délégation tchadienne a été reçue par Josep Borrell, Haut Représentant pour la Politique Extérieure et vice-président de la Commission européenne, avec qui les discussions ont été à bâton rompu, pour l’appui d’urgence à la transition. “L’agenda de la transition exige que les ressources soient mises à disposition en temps utile pour garantir la réussite du Dialogue National Inclusif, la rédaction de la Constitution et son adoption par référendum constitutionnel, et enfin la tenue des élections générales, priorités du président du Conseil Militaire de Transition, Mahamat Idriss Deby Itno”, indique Pahimi Padacké Albert.
Rappelons que le déplacement du Premier ministre de transition et sa délégation vise trois points. D’abord, exposer les progrès réalisés par le gouvernement de Transition du Tchad, notamment la mise en place complète des institutions de la transition, la mise en route du processus de la tenue du Dialogue National Inclusif (Ndlr, par le CODNI) avec la tenue des pré-dialogues organisés au niveau national et dans certaines capitales, y compris en Europe, et la mise en place du mécanisme du Basket Fund pour mobiliser les ressources auprès de certains partenaires qui souhaitent contribuer par ce processus fiduciaire en plus des financement directs. Ensuite, de rappeler les progrès en direction des groupes politico-militaires avec le Comité Technique Spécial dirigé par l’ancien président, Goukouni Weddeye, qui effectue un travail remarquable pour arriver à des accords de paix durables et voire leurs participations au Dialogue National Inclusif. Et enfin, de rassurer les partenaires de la disponibilité et de l’engagement du gouvernement de transition avec le CMT de conduire à bon port cette transition pour instaurer une paix durable au Tchad pour le bien du peuple tchadien. “Nos divers échanges sur les avancées de la transition mais aussi sur les financements directs de l’Union européenne pour appuyer la mise en œuvre des trois priorités de notre feuille de route, ont conduit aux annonces que je suis en mesure de vous faire ce jour : des 280 millions dédiés à la transition au Tchad, 100 millions seront alloués par l’Union européenne tant sur le plan de l’appui budgétaire que sur le plan de l’assistance technique pour lesquels des discussions vont être menées sur l’aspect technique à savoir, la mise à disposition; la temporalité; et les conditionnalités requises comme, la réalisation du Dialogue National Inclusif, la participation de nos jeunes, des femmes, des politico-militaires, et des corporations sociales du Tchad”, se réjouit Pahimi Padacké Albert.
Pour lui, la réussite du Dialogue National Inclusif va conditionner les autres allocations de l’Union européenne, pour le financement des deux autres priorités que sont la nouvelle Constitution ainsi que les élections à venir. “J’ai beaucoup insisté, sur le fait que la réussite du dialogue dictera les recommandations structurantes qui impacteront positivement la qualité de la nouvelle Constitution ainsi que la tenue des élections libres, inclusives et transparentes, sollicitées tant par les Tchadiens, que par nos partenaires, en vue de faire de la transition tchadienne un exemple de réussite en Afrique”, a conclu le chef du gouvernement de transition.

Sabre Na-ideyam