L’association Elan de l’espoir donne espoir aux enfants drépanocytairesL’association Elan de l’espoir donne espoir aux enfants drépanocytaires

User icon Par SABRE NA-IDEYAM

C’est au tour de la thématique de l’athlétisme « Drep’Athle » que l’association Elan de l’espoir en partenariat avec l’association Drepavie de France avec la coordination du Dr Silé Souan Nguelé ont donné sourire et joie aux enfants drépanocytaires à l’occasion de leur journée célébrée ce 19 juin.

La cérémonie a pour cadre le village SOS enfants au quartier N’Djari. Pour la présidente de l’association Elan de l’espoir Saboura Dounia Kagne, c’est une occasion pour sensibiliser et informer sur la Covid-19 et la drépanocytose. Saboura de poursuivre que les sujets drépanocytaires sont plus vulnérables à la Covid-19 et cela pour des raisons simples. Selon elle, ils ont une immunité affaiblie et un taux d’hémoglobine bas. Faisant un rapprochement entre la Covid-19 et la drépanocytose, la présidente de l’association Elan de l’espoir souligne que le coronavirus est une maladie hyper inflammatoire qui est liée à une tornade de cytokines, c’est aussi le cas des sujets drépanocytaires qui ont un état inflammatoire chronique semblable à celui libéré par la Covid-19.

Pour Dr Silé Souan Nguelé chef de  services de l’unité de prise en charge de la drépanocytose à l’hôpital de la mère et de l’enfant, au Tchad, la drépanocytose est méconnue à tous les niveaux, et pourtant elle existe. Sous d’autres cieux, les enfants drépanocytaires sont traités de sorciers mais, c’est le propre de l’Afrique, regrette-t-elle. Selon Ouya Bourma Malato, secrétaire général de la Fédération tchadienne d’athlétisme, à travers les activités sportives, les enfants drépanocytaires peuvent être socialisés. Le secrétaire général de la Fédération tchadienne d’athlétisme mentionne que  les  drépanocytaires ne peuvent pratiquer le sport de manière prolongée mais modérée. Par la voix de leur président, Ahmat Gamane, l’association des parents des enfants drépanocytaires demande au ministère de la Santé publique de mener des études fiables pour connaitre la prédominance réelle de la drépanocytose au Tchad. Par ailleurs, l’association des parents des enfants drépanocytaires lance un appel aux bonnes volontés, aux organisations et fondations qui œuvrent pour la bienfaisance à porter secours aux enfants drépanocytaires du Tchad.

Ce moment de convivialité avec les enfants drépanocytaires a été marqué par des courses de relais et autres épreuves sportives combinées. La cérémonie s’est terminée par la remise de médailles, des équipements sportifs, de masques, de savons…

Pour rappel, la drépanocytose est une maladie héréditaire du sang, la plus répandue et touche actuellement 153 millions de personnes dans le monde.

Baoukoula Bienvenu